natperfume.com
Infos Mode

Ces marques créatives qui transforment le masque en accessoire de mode


Avec l’obligation faite de porter un masque en tous temps, une nouvelle génération de marques s’invite sur le créneau du masque comme accessoire de mode.

Les masques-foulards de Maison Baylandi – DR

Si sur l’aspect pratique des acteurs comme Armor Lux, Dim ou Isko avec Vital + ont développé leurs masques en coton lavable et réutilisables, les créatifs et les grandes maisons de luxe ont pour la plupart lancé leur propre masque de protection – Burberry et ses “vintage cotton masks”, Louis Vuitton et sa visière monogrammée, Balanciaga et ses modèles en néoprène -, les jeunes créateurs français proposent aujourd’hui de nouvelles alternatives mode à prix accessible.
 
Née pendant le confinement, la marque Maison Baylandi imaginée par la créatrice Caroline Bayle décline le fameux masque en un accessoire à la fois “couvre-visage, foulard de cou, foulard de tête et servant même de ceinture”. L’ensemble est fabriqué par quelques couturières parisiennes à partir de chutes de tissus de maisons de couture et est distribué via l’e-shop de la marque et son pop-up établi au 76 avenue Raymond Poincaré, dans le XVIème arrondissement.

Masque Cinabre en Toile de Jouy – DR

Dans la même veine, la marque Capuches à Mémé fondée par Juliette Babelot a développé un modèle de masque confectionné à partir de wax récupéré des chutes de tissu de ses capuches et transformable en headband. Du deux-en-un bien ficelé.
 
D’autres jouent sur la fibre écoresponsable et créative à l’instar de Studio Guerrero et de son fondateur Mario Faundez dont les modèles passent du 100% recyclé à partir d’étiquettes de vêtements à des modèles de masques à cordelettes recyclées. La marque Amrose s’est elle invitée sur le crochet en développant des masques reprenant les codes de la maison, qui se révèlent cependant peu protecteurs.
 
Jouant sur tous les motifs, les jeunes créateurs confirment l’accessoirisation mode de plus en plus forte du masque. Il en est ainsi de Cinabre, spécialiste du foulard et du nœud-papillon, dont la collection de masques se couvre de toile de Jouy (8 €), de DA/DA et de sa créatrice Diane Ducasse qui décline le masque à partir des tissus de ses anciennes collections, des modèles bandanas de la créatrice de sacs Hélène Denize ou de ceux lancés par Paul Padzolo, ancien du Studio Berçot et maquettiste pour Y-Project et Marine Serre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Comment jeunes marques et créateurs se préparent à l’après-crise

info mode

ITS 2020: Olivia Rubens remporte le concours de mode de Trieste

info mode

Verte et couture, la mode de demain dans l’oeil des jeunes créateurs

info mode