natperfume.com
Infos Mode

Chanel crée une Chaire dédiée au savoir-faire au sein de l’IFM


Traduit par

Marguerite Capelle

Publié le



17 sept. 2021

Chanel vient de créer une Chaire dédiée au savoir-faire au sein de l’Institut Français de la Mode (IFM), dans le cadre d’un partenariat de cinq ans avec la grande école de la mode, basée à Paris.

Xavier Romatet de l’IFM, et Bruno Pavlovsky de Chanel – Photo: Chanel

 
La Chaire Chanel est le dernier exemple en date du soutien des marques de luxe à l’IFM, dont le campus au bord de la Seine est en pleine expansion. Mettant en lumière l’importance des métiers d’art, ce nouveau projet universitaire s’intitule « Chaire Chanel et le19M des Savoir-faire mode ». 19M est le nom du gigantesque centre des métiers d’art d’excellence ouvert cette année dans la banlieue nord-ouest de Paris, et qui regroupe les nombreuses maisons artisanales appartenant à une holding de Chanel, Paraffection.

Le nouvel objectif de Chanel est de développer au sein de l’école de mode un centre de recherche et d’enseignement d’excellence dans le domaine des savoir-faire, avec l’appui de 19M. Parmi les maisons que rassemble ce dernier figurent Lesage Intérieurs et son école de broderie d’art ; l’atelier Montex et le studio MTX, sa branche décoration ; le chausseur Massaro, le spécialiste des plumes et des fleurs Lemarié, le chapelier Maison Michel et le plisseur Lognon, ainsi que le département créatif d’Eres, la ligne de maillots de bain qui appartient au groupe Chanel.

« Faire le lien entre les marques et l’école, pour aider l’IFM à évoluer »

L’IFM est au cœur de la stratégie des leaders du luxe français, qui espèrent voir Paris créer enfin une université de la mode capable de rivaliser avec les écoles de Londres et de New York. « C’est un sujet qui nous tient à cœur. Faire le lien entre les marques et l’école, pour aider l’IFM à évoluer. Rassembler de nombreux métiers d’arts, des compétences diverses, c’est primordial pour nous », expliquait Bruno Pavlovsky, Président des activités mode de Chanel, lors de la conférence de presse et de la rencontre organisée à l’institut.

« Chanel a cet objectif depuis longtemps. La maison propose des stages à beaucoup d’étudiants de l’IFM, et ce depuis de nombreuses années », ajoutait-il, lui qui est également le président de la Fondation IFM.

Interrogé par FashionNetwork.com sur le niveau de soutien financier apporté à ce nouveau projet, Bruno Pavlovsky a évoqué environ 150.000 euros par an. L’IFM a déjà deux autres chaires spécialisées – financées respectivement par le salon Première Vision et le groupe de luxe Kering, cette dernière étant consacrée au développement durable.

Xavier Romatet, directeur général de l’IFM, a cependant tenu à souligner que Chanel et d’autres marques de luxe de premier plan s’étaient déjà engagées auprès de l’IFM sur des financements annuels conséquents.

« Pour cette nouvelle année universitaire, nous avons près de 1.000 étudiants, dont 300 étudieront différents métiers. Un tiers de leur temps est consacré à l’apprentissage des techniques. Notre mission, c’est de préparer nos étudiants à comprendre l’ensemble des métiers d’art, et de les rendre multidisciplinaires », ajoutait Xavier Romatet. Environ un tiers des étudiants de l’IFM choisissent le management de la mode et du luxe, mais eux aussi bénéficient de nombreuses occasions de créer de véritables objets. « Ainsi, ils comprennent le langage de la création, ce qui sera vital quand ils dirigeront une maison de mode », expliquait le directeur.

La semaine dernière, par ailleurs, lors de la rentrée du programme de Master, les étudiants ont consacré leur journée à l’observation de divers savoir-faire, et à la rencontre d’artisans talentueux.

L’IFM capable de rivaliser avec les écoles de mode internationales d’ici cinq ans, selon Xavier Romatet

Xavier Romatet concède que Paris est en peu à la traîne sur ses concurrents internationaux en matière de recherches et d’études de mode, alors que la capitale française est aussi celle des défilés de mode. Pourtant, il promet que d’ici cinq ans, l’IFM sera capable de rivaliser avec les principales écoles de mode américaines ou britanniques (et de n’importe où ailleurs).

Lors d’un échange avec la salle, Pascal Morand, président exécutif de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, qui gère l’ensemble des saisons de défilés à Paris, a renchéri: « La création et le savoir-faire sont au cœur de tout ce que nous faisons. C’est vital pour l’IFM et le monde de la mode. C’est paradoxal de voir la France à la traîne dans le domaine des études de mode. C’est peut-être une question structurelle. Justement parce que notre savoir-faire français nous est si proche, nous ne l’apprécions pas à sa juste valeur, raison pour laquelle nous n’avons pas bâti de forteresse pour le protéger et le développer ».

Un des éléments central de cette nouvelle chaire, ce sont les cours dispensés au 19M – ce complexe de 25.000 mètres carrés qui incarne la création, et s’enorgueillit de la présence de 600 artisans, avec une galerie d’art et même une école de broderie. Xavier Romatet comme Bruno Pavlovsky ont insisté sur un autre objectif: le mariage du high-tech et du low-tech, du fait-main et de la technologie, comme avec les techniques d’impression 3D.

« Le 19M est un endroit magnifique, et c’est un mariage absolument incroyable entre traditions du 19ème siècle et technologies les plus sophistiquées, en termes de machines et de logiciels », s’enthousiasmait le directeur de l’IFM.

Bruno Pavlovsky, un des principaux moteurs du 19M, a déclaré qu’un de ses objectifs principaux était la sauvegarde de nombreux savoir-faire uniques, de façon à garantir l’avenir de la Haute Couture, une tradition profondément française. « On ne fait pas ça pour Chanel, mais pour tout le secteur. Ce cursus n’a rien à voir avec une volonté de recrutement. C’est aussi une chance d’ouvrir des portes, de faire des rencontres et d’offrir une formation professionnelle à une nouvelle génération », soulignait Bruno Pavlovsky.

La chaire inaugurale reviendra au professeur Emilie Hamenn, qui enseigne, fait de la curation et a publié des ouvrages sur l’histoire de la mode. « Emilie a de nombreuses qualités, et notamment le fait qu’elle a étudié à l’IFM ! D’autre part elle a une expertise dans le domaine de l’art, un doctorat. Et puis elle a travaillé avec de grandes marques et des créateurs importants », expliquait Xavier Romatet, en ajoutant qu’elle aurait son bureau à l’IFM, dont le campus est situé au bord de la Seine, dans le XIIIème arrondissement.

Il a promis qu’au moins une fois dans leur cursus, chaque étudiant devrait se rendre à 19M, pour découvrir les talents et les activités de ce centre.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Jérôme Baku, le styliste des migrants

info mode

Chez Saint Laurent, l’Automne-Hiver 2021 sera chic dans la toundra glacée

info mode

Au Festival de Hyères, Christian Louboutin se raconte en mode confidentiel

info mode