natperfume.com
Infos Mode

Kim Jones: “J’ai pensé cette collection comme un antidote à ce qui se passe actuellement”


Traduit par

Paul Kaplan

Publié le



9 déc. 2020

Rares sont les maisons qui dévoilent leur menswear dans des contrées aussi exotiques que Dior Homme, dont le directeur créatif Kim Jones a choisi Pékin pour la présentation — virtuelle — de sa dernière collection.

Kim Jones, le directeur créatif de Dior Homme – Photo : Christian Dior – Photo: Courtesy of Dior

Mais cette fois-ci, Kim Jones a imaginé un concept encore plus inattendu, en invitant le légendaire artiste Kenny Scharf à éclabousser la collection de ses motifs ancrés dans la pop culture américaine, parsemés entre des exemples impressionnants de techniques anciennes de broderie chinoise.
 
Le designer — qui a déjà collaboré avec des artistes célèbres comme KAWS et l’architecte Daniel Arsham à l’occasion de défilés mémorables — est connu pour son goût prononcé pour l’art contemporain. Mais en s’appropriant l’univers de Kenny Scharf, l’idée d’une collaboration artistique atteint ici un niveau jamais atteint: les vêtements ressemblent étrangement à des œuvres de l’artiste avant-gardiste, qui prendraient vie en trois dimensions.

À deux semaines du défilé, FashionNetwork.com avait rencontré Kim Jones dans son studio de création à Paris. Ce jour-là, il achevait le casting de la vidéo de la collection, s’affairant à terminer les essayages avec ses mannequins.

“En gros, pendant le confinement, j’ai réfléchi à la personne avec laquelle j’aimerais travailler et en fouillant dans ma bibliothèque, je suis retombé sur mes livres sur l’oeuvre de Kenny Scharf. J’ai obtenu son numéro de téléphone, je l’ai appelé et je lui ai dit: j’aimerais travailler avec toi”.

“Pour moi, Kenny, Keith Haring et Jean-Michel Basquiat sont les trois icônes de l’art urbain des années 80. C’est une période qui m’intéresse beaucoup. Je voulais créer quelque chose d’amusant, d’autant plus que le défilé aura lieu à Pékin. Comme personne ne peut aller en Chine à cause du confinement, impossible d’organiser un show traditionnel. Par contraste avec la période actuelle, j’ai cherché à créer une collection pleine de joie. Je pensais qu’à ce stade, le confinement serait terminé. Mais ce n’est pas le cas”, regrette Kim Jones, vêtu d’une chemise noire en gabardine technique ornée d’un logo Prada, un cadeau de son compagnon.
 

Dior Homme – Automne-Hiver 2021

Dans l’ère pré-Covid, les deux derniers défilés d’automne de Kim Jones pour Dior Homme avaient eu lieu à Miami et à Tokyo. Cette fois-ci, la collection a été dévoilée en ligne sur Dior.com, Instagram et, pour la première fois, sur Twitch.

Kim Jones est visiblement déterminé à faire évoluer le tailleur Dior, tout en respectant l’ADN de Monsieur Dior — un esprit qu’on retrouve tout particulièrement dans la veste croisée “Oblique”. Ces dernières sont dotées de boutons recouverts, comme sur la plus célèbre œuvre “tailleur” de Monsieur Dior, la veste Bar. La dernière collection de Dior Homme comporte également des vestes-chemises et des détails utilitaires intéressants.

“Nous avons développé une version plus décontractée de l’Oblique, comme cette version coupée dans un joli satin. Oui, c’est plus détendu, mais ça reste chic”, explique-t-il en souriant, en désignant la veste sur son portant. “Nous avons collaboré avec un grand nombre d’artisans chinois, mais aussi avec mon amie Victoria Tang (la directrice créative de la marque Shanghai Tang, avec laquelle il s’est associé pour soutenir l’initiative Save Wild Tiger, ndlr). J’avais besoin de quelqu’un qui connaisse les spécialistes de chaque technique — pour extraire l’esprit de ce domaine bien particulier, et l’introduire dans l’univers de la couture”, explique Kim Jones.

Tout en nous montrant les détails et les finitions d’une veste Oblique, le designer poursuit: “C’est un tailleur décontracté, taillé pour l’ère post-Covid. Les gens confinés chez eux veulent quand même s’habiller. Étonnamment, pendant toute cette période, nous avons enregistré de très bonnes ventes. Ma collection entend célébrer cette bonne nouvelle”.

Aux côtés des motifs pop et fantastiques de Kenny Scharf, on trouve des personnages chinois. Les chèvres et les chevaux mythologiques de l’artiste envahissent notamment des vestes transparentes. Autre innovation marquante en matière textile, l’atelier Dior a cousu des yeux holographiques sur certains vêtements, sans oublier d’autres tissus très intrigants, comme ce blouson de pompier en vinyle rouge qui semblait d’une fluidité extrême.

Dior Homme – Automne 2021

“Nous n’avons pas pu faire de défilé: je n’ai pas pu me rendre sur place, et comme je suis un peu un control freak… Je veux tout contrôler, vérifier que tout soit fait correctement. Et puis nous ne pouvons pas ignorer ce qui se passe en ce moment. Pour moi, il est inconcevable que je fasse courir le moindre risque au public. Les personnes qui travaillent avec nous sont testées tout le temps. Ainsi que nos mannequins”, indique le designer né en Grande-Bretagne et élevé en Afrique.

En arrivant devant une série de vestes coupées dans un tissu dégradé, Kim Jones fait appel à un membre important de son équipe, Edward Crutchley, qui présente sa propre ligne de prêt-à-porter masculin pendant la Fashion Week de Londres. “Ed, fais-nous ton speech”, l’appelle Kim Jones. 

“Eh bien, c’est de la broderie chinoise au fil”, explique Edward Crutchley, une ceinture type “cummerbund” toute brodée à la main. “Cette technique a au moins 1.700 ans. Peut-être même plus. C’est un dégradé vraiment subtil réalisé à partir de couleurs unies. Nous avons teint plus de 300 couleurs différentes de fil de soie afin de nous rapprocher le plus possible de l’œuvre originale de Kenny. Cette pièce a été la plus rapide à exécuter, elle n’a nécessité que 200 heures de travail. Cette autre ceinture a pris 300 heures, ce sac, près de 1.000 heures. L’une de nos chemises a nécessité 7.000 heures, et l’équipe qui a travaillé dessus cumulait plus de 1.000 ans d’expérience !”

Kim Jones fera sa prochaine escale à Rome — sous sa nouvelle casquette de directeur artistique de Fendi. Sa première collection, évidemment très attendue, sera dévoilée en février, pendant la Fashion Week de Milan. Le designer a l’intention de passer la fin de l’année en Afrique du Sud. Mais au moment de notre rencontre, Kim Jones n’a pas la tête à ça: il semble fasciné par la capacité de l’atelier Dior à allier ses savoir-faire avec ceux des artisans chinois. 
 
“J’ai pensé cette collection comme un antidote à ce qui se passe actuellement. Christian Dior a fondé sa maison juste après la Seconde Guerre mondiale. L’idée, c’est d’apporter un peu de joie aux gens, vous savez ?”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

Christian Dior automne 2021: que la fête (re)commence!

info mode

Pour présenter sa collection, JW Anderson raconte son histoire du confinement

info mode

Soudan: un tailleur reprise les vêtements et le coeur des réfugiés du Tigré

info mode