natperfume.com
Infos Mode

Milan Fashion Week: Emporio Armani célèbre son 40e anniversaire, Etro revisite ses classiques


Traduit par

Paul Kaplan

Publié le



24 sept. 2021

Emporio Armani a fêté jeudi ses 40 premières années d’existence dans le cadre de la Fashion Week de Milan, présentant une collection riche et variée, juste avant le vernissage d’une rétrospective mise en scène aux Armani/Silos, la galerie d’art personnelle du créateur italien. Jusqu’ici, le moment le plus mémorable de la Fashion Week de Milan.

La collection Printemps-Été 2022 d’Emporio Armani à Milan – Emporio Armani

Emporio Armani

Le défilé contenait de multiples références aux codes d’Emporio — des couleurs passées au tailoring déconstruit — mais les nouvelles idées ne manquaient pas du côté du drapé, à la fois sophistiqué et spontané, et de la palette de couleurs, fraîche, douce et traversée de tons fluo.

Giorgio Armani a tenu à partager son succès en tirant sa révérence accompagné de ses stylistes préférés chez Emporio: sa nièce Silvana — qui possède les mêmes traits tranchants et les mêmes yeux perçants que le designer — et son bras droit Leo Dell’Orco. 

Une immense vague d’applaudissements a déferlé sur l’auditorium dessiné par Tadao Ando, même si, en raison d’une stricte application des mesures de distanciation sociale, il ne contenait qu’un tiers de la jauge habituelle de 700 personnes.

« Pour être honnête, j’ai ressenti beaucoup de fierté en voyant les mannequins monter avec entrain sur le podium », reconnaît Giorgio Armani, face à une douzaine de journalistes de la télévision italienne agglutinés autour de lui après le premier des deux défilés.

Le show s’ouvrait sur des costumes décontractés à grosses surpiqûres, des vestes en laine fine à carreaux pour les femmes et des tailleurs en patchwork pour les hommes. Les costumes semblaient confortables — surtout en lin froissé — et ses pantalons d’inspiration militaire étaient particulièrement flatteurs, avec leur coupe resserrée aux chevilles.

Le génie d’Emporio, c’est de permettre à la jeune génération de s’offrir et d’apprécier la mode « créateur » à des prix démocratiques. Un état d’esprit qu’on retrouvait à nouveau dans la collection.

Cette saison, Giorgio Armani a dévoilé des robes de cocktail impeccables en mousseline de soie, déclinées dans ses fameuses « non-couleurs » de ciment et de lichen, avant de nous éblouir avec des robes de déesse grecque en shantung froncé, tantôt violet ou turquoise, coupées bien haut sur la cuisse. Dans un esprit particulièrement innovant, il a également présenté de magnifiques motifs imprimés sur soie de cartes anciennes, de pétales asiatiques et de tatouages. 

La collection Printemps-Été 2022 d’Emporio Armani à Milan – Emporio Armani

Avec le recul, le designer italien se souvient de la façon dont il a imaginé le logo Emporio: son partenaire Sergio Galeotti, cofondateur de la marque, lui avait demandé de créer un logo aussi identifiable que celui de Lacoste et son crocodile. La réponse de Giorgio Armani: l’emblématique aigle d’Emporio, « parce qu’il s’élève haut dans le ciel, sans limite ». 

Après le défilé, le créateur a inauguré une rétrospective riche et précise sur sa marque Emporio. Intitulée « The Way We Are », elle présente des dizaines de looks issus de l’ensemble de ses collections, mis en scène dans les Armani/Silos, son musée personnel.
 
Les campagnes de grands photographes comme Nan Goldin, Michel Comte, Aldo Fallai, Gilbert & George, Steven Klein, David LaChapelle, Peter Lindbergh, Roxanne Lowit, Steven Meisel et Max Vadukul envahissent les murs.

Des séries d’images réunissent les célèbres ambassadeurs d’Emporio — David Beckham, Cristiano Roland et Rafael Nadal.

D’ailleurs, l’enseigne géante d’Emporio Armani qui accueille tous les voyageurs lorsqu’ils atterrissent à l’aéroport de Milan Linate, reste encore aujourd’hui la publicité la plus mémorable imaginée par le secteur de la mode italienne.

Une réussite qui donne le tournis quand on se rappelle que Giorgio Armani a d’abord abandonné ses études de médecine pour travailler comme étalagiste, avant de créer la marque italienne la plus célèbre de ce dernier demi-siècle.

 

Etro : Coup d’envoi pour le nouveau patron

Il est toujours judicieux de donner le meilleur de soi quand son nouveau patron est dans les parages. Veronica Etro a appliqué la leçon à la lettre, en présentant un défilé audacieux, le premier depuis le rachat de la marque par le fonds d’investissement privé L Catterton.

Dévoilée dans un hangar lugubre du sud de Milan, la collection comportait tous les éléments signature d’Etro — des motifs cachemire audacieux, des tissus marbrés, et des costumes taillés pour le weekend.

La collection Printemps-Été 2022 d’Etro à Milan – Etro

 
Mais cette saison, Veronica Etro a ajouté une touche hip-hop avec d’énormes pantalons rayés, des débardeurs métallisés plutôt bling-bling et des casquettes de golf en motifs cachemire. Une garde-robe parfaite pour parader tel un rappeur sur le tapis rouge, à l’image de ces énormes pantalons en denim, brodés de motifs paisley étincelants. 

Une version d’Etro déclinée en couleurs primaires, comme cette surchemise en cuir embossé jaune moutarde portée avec un pantalon de sport, une brassière et un sac pliable assortis. Beaucoup de motifs coordonnés, comme sur ces robes de pique-nique en soie marbrée portées avec des leggings assortis. Sans oublier les pièces tailleur : des smokings blancs classiques ou des vestes sans col écrues.

La collection Printemps-Été 2022 d’Etro à Milan – Etro

 
Comme tout le monde à Milan, Veronica Etro semble obsédée par les chaussures à plateformes ; les siennes sont retenues par des lanières cloutées dorées. Et la créatrice n’a pas hésité à s’engager dans la tendance phare du moment, celle des brassières en crochet. Le tout porté avec des boucles d’oreilles à grands pendentifs ou des bracelets d’avant-bras, sur des mannequins au visage parsemé de microperles.

On se demande encore pourquoi la fille du fondateur d’Etro a choisi de conclure le défilé par le concert d’une douzaine de batteurs, tambourinant furieusement sur des barils de pétrole. Peut-être une manière d’accélérer le départ du public ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com



Source link

Autres articles

À Bruxelles comme ailleurs, la machine à coudre revient à la mode

info mode

Cette année, le Prix LVMH a sélectionné neuf finalistes, dont trois américains

info mode

A 81 ans, le créateur japonais Kenzo Takada meurt des suites du Covid-19

info mode